Rien ne va plus sur Arte : 3 autres films à voir de Claude Chabrol avec son égérie Isabelle Huppert

Rien ne va plus sur Arte : 3 autres films à voir de Claude Chabrol avec son égérie Isabelle Huppert
0 0

La diffusion ce soir sur Arte de Rien ne va plus de Claude Chabrol avec Isabelle Huppert offre l’occasion de se pencher sur trois autres collaborations savoureuses entre le metteur en scène et une de ses actrices fétiches.

Claude Chabrol était un amoureux des femmes et plus précisément des actrices. Tout au long de sa prolifique carrière, le réalisateur à la pipe a mis en avant les artistes en leur offrant des rôles complexes, magnifiant autant leur beauté que leur jeu de comédienne. Il y a eu la distinguée Stéphane Audran – qui fut aussi son épouse -, la vénéneuse Bernadette Lafont mais aussi la rousse la plus célèbre du cinéma hexagonal, Isabelle Huppert. De 1978 à 2006, ” Chacha ” a dirigé à sept reprises l’actrice au cinéma. Vingt-huit années de collaboration qui ont vu Huppert camper tour à tour : des meurtrières au sang-froid, une faiseuse d’anges cupide, Emma Bovary, des bourgeoises perverses ou encore une redoutable arnaqueuse.

Dans Rien ne va plus, diffusé ce soir sur Arte, Isabelle Huppert interprète Betty. Face à elle, Michel Serrault est Victor. Ensemble, ils forment un tandem de malfaiteurs rusés. Afin de ne pas se faire attraper par la police, c’est à bord d’un camping-car, qu’ils sillonnent les routes françaises à la recherche de leurs futures riches victimes. Les proies potentielles sont envoûtées par l’énigmatique Betty. Bientôt, le duo va se retrouver mêlé à un blanchiment d’argent lié au dangereux Monsieur K, joué par un Jean-François Balmer en roue libre, qui offre une des scènes les plus jubilatoires du film.

Rien ne va plus est sorti sur les écrans français en octobre 1997, il fait donc partie de la décennie 1990, soit une des périodes les plus réussies de Chabrol. Le long métrage succède à une lignée de films tous aussi brillants les uns que les autres : Madame BovaryBettyL’EnferLa Cérémonie. Le couple formé par Isabelle Huppert et Michel Serrault est la confrontation entre deux acteurs de générations différentes mais qui ont trouvé leur propre synergie. Le film mêle les obsessions du réalisateur : l’arnaque, l’argent et ses dérives, le meurtre… mais avec un zeste d’humour acide en supplément.

Claude Chabrol est décédé le 12 septembre 2010. Lors de l’hommage rendu devant la Cinémathèque française, Isabelle Huppert revenait avec émotion sur sa longue collaboration avec lui : ” Travailler avec quelqu’un, c’est une manière de s’aimer. C’est en tout cas une autre manière de se le dire. Je n’ai jamais su pourquoi Claude m’aimait. J’ai su qu’il m’aimait et j’ai senti comment il m’aimait “. Les sept œuvres communes peuvent être perçues comme autant de déclarations d’amour du metteur en scène pour son égérie. C’est à travers l’œil épris du cinéaste, que le public va constater, au fil des décennies, l’étendu du talent de l’actrice. Ils vont devenir l’un comme l’autre des figures populaires du cinéma français. Leur rencontre, l’actrice la comparait très joliment à ” une histoire de papillon et d’œil d’entomologiste “. C’est par le prisme de trois autres transformations à travers l’objectif de Chabrol, que peut être observée la métamorphose de la comédienne, de la débutante à l’interprète confirmée et incontestée.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.