Nouvelle nuit de tensions à Dijon après des expéditions punitives menées par des dizaines de Tchétchènes

Nouvelle nuit de tensions à Dijon après des expéditions punitives menées par des dizaines de Tchétchènes

Dijon a été de nouveau la proie de tensions, lundi 15 juin au soir, les forces de l’ordre ayant dû disperser un attroupement d’hommes cagoulés et armés voulant défendre leur quartier après trois expéditions punitives menées par des dizaines de Tchétchènes, selon la police.

« Ces faits sont inacceptables et totalement inédits », a, plus tôt, déclaré le maire sortant, M. Rebsamen, qui brigue un quatrième mandat. Il s’agirait d’un règlement de comptes entre des membres de la communauté tchétchène, venus de toute la France, et des dealers dijonnais, selon France Bleu Côte-d’Or.

Selon des sources policières, la première expédition aurait été lancée à la suite de l’agression, le 10 juin, d’un jeune homme de 16 ans issu de la communauté tchétchène. Dans un communiqué, le préfet Bernard Schmeltz a évoqué des « violences » perpétrées « semble-t-il dans le cadre d’un règlement de comptes entre des membres de la communauté tchétchène de France et des résidents » de la métropole dijonnaise.

Pour faire face aux tensions, la préfecture a annoncé qu’une demi-section de compagnies républicaines de sécurité (CRS, 37 policiers) et des renforts de la brigade anticriminalité (BAC) étaient déjà arrivés dimanche. Un escadron de gendarmes mobiles, soit 110 militaires, a été déployé lundi soir.

Quatre personnes interpellées lundi soir

Pour la quatrième soirée consécutive, des dizaines de personnes armées de barres de fer et d’armes de poing, dont on ne sait si elles sont factices ou non, se sont rassemblées lundi dans le quartier sensible des Grésilles. Ces hommes cagoulés pour la plupart ont tiré en l’air, détruit des caméras de vidéo-protection et incendié poubelles et véhicules, ont rapporté à l’Agence France-presse (AFP) des sources policières.

Une équipe de journalistes de France 3 « a été prise à partie et son véhicule caillassé » et un conducteur a été « agressé et son véhicule projeté contre une barricade enflammée », selon la préfecture.

Vers 20 h 30, 60 gendarmes mobiles, une quarantaine de CRS et des renforts de la brigade anticriminalité (BAC), ainsi que du RAID, sont intervenus afin de mettre fin aux violences. « Une centaine d’opposants » se trouvaient alors face aux forces de l’ordre, a précisé à l’AFP le préfet de Côte-d’Or. L’intervention s’est terminée vers 22 heures ; quatre personnes ont été interpellées, selon la préfecture.

0 0

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.