Lovecraft Country », sur OCS : l’horreur des années 1950, en noir et blanc, et en couleur

Lovecraft Country », sur OCS : l’horreur des années 1950, en noir et blanc, et en couleur

August 18, 2020 0 By Hitz

OCS – LUNDI 17 AOÛT À 21 H 00 – SÉRIE

Que vous lisiez les œuvres complètes de Stephen King, que vous égreniez la filmographie de Guillermo del Toro, vous le faites à l’ombre d’Howard Phillips Lovecraft (1890-1937). Mort inconnu et pauvre, l’auteur de La Couleur tombée du ciel (1927) est devenu, au fil des décennies, l’une des divinités tutélaires de la culture populaire américaine, qui recycle avec un enthousiasme infatigable son univers peuplé de monstres surgis du fond des âges et de héros dépressifs.

Lire la critique d’une biographie : Aux sources de l’épouvante suscitée par l’écrivain H. P. Lovecraft

Comme dans un film d’horreur, la lumière braquée sur Lovecraft a fait surgir d’autres monstres : rejeton d’une famille de Nouvelle-Angleterre qui avait connu des jours meilleurs, l’écrivain professait, jusque dans certains de ses écrits, un racisme fanatique, particulièrement à l’égard des Afro-Américains. En 2015, les lauréats des World Fantasy Awards, prix littéraire américain, reçurent pour la dernière fois un buste de Lovecraft, remplacé depuis par un arbre illuminé par la lune.

Avec Lovecraft Country, Misha Green procède à un autre type de correction. La créatrice de cette série exige de ses spectateurs un estomac bien accroché et un goût immodéré pour le pulp, l’excès, le grand-guignol. En retour, elle leur offre une palette de variations étourdissantes et provocantes autour des abîmes et des ponts qui séparent et unissent la réalité d’une société et les mythes qu’elle génère.

Arbitraire policier

Adapté d’un roman de Matt Ruff, paru en 2016 et publié en France par 10/18 en mars, Lovecraft Country est situé une vingtaine d’années après la mort de l’écrivain, et, pour l’essentiel des cinq épisodes que l’on a pu voir, loin de ce qu’il est convenu aujourd’hui d’appeler le pays de Lovecraft, c’est-à-dire les régions les plus reculées, les plus marquées par l’héritage puritain, de la Nouvelle-Angleterre. On est donc à Chicago, où revient Atticus Black (Jonathan Majors), qui a servi en Corée. Il y retrouve son oncle George (Courtney B. Vance), éditeur d’un guide pour voyageurs afro-américains qui rappellera quelque chose aux spectateurs de Green Book, ainsi qu’une amie d’enfance, Letitia Dandridge (Jurnee Smollett). Montrose, le père d’Atticus (Michael Kenneth Williams), a, le temps des deux premiers épisodes, mystérieusement disparu.

Très vite, l’étonnante Jurnee Smollett prend le contrôle de la série, tout en laissant assez d’espace à ses camarades

Le trio se lance à sa recherche, dans une magnifique station wagon (« break familial ») qui évoque irrésistiblement l’âge d’or de la bonne conscience américaine. Ce signe extérieur de prospérité ne suffit pas à tenir l’horreur à l’écart. Celle qui tient Montrose prisonnier, dans un manoir quasi féodal, gardé par des monstres nommés « shoggoths » (un emprunt direct à Lovecraft). Mais aussi et surtout l’horreur de la menace permanente de l’arbitraire policier.

Letitia et ses compagnons (car très vite, l’étonnante Jurnee Smollett prend le contrôle de la série, tout en laissant assez d’espace à ses camarades pour qu’ils y construisent leur personnage) ont beau voyager très au nord de la ligne Mason-Dixon, il leur faut traverser des sundown towns – villes où les étrangers surpris sur la voie publique après le coucher du soleil sont susceptibles d’être arrêtés, voire lynchés, si leur couleur s’y prête – et affronter le racisme de l’élite comme celui des moins fortunés.

Ségrégation et colonialisme

Servie par des réalisateurs versés dans l’art de faire frissonner et sursauter (à commencer par Yann Demange, le metteur en scène de ’71 (2014), qui a dirigé le pilote), Misha Green s’empare de motifs cent fois vus et leur donne une profondeur et une violence nouvelles. On reconnaîtra, exécutée avec plus d’exubérance, moins de rigueur, la démarche de Jordan Peele dans Get Out (2017). Celui-ci est, avec J. J. Abrams, au nombre des producteurs de Lovecraft Country.

Lire l’entretien avec Jordan Peele, cinéaste : « Spielberg a changé