Loire : pronostic vital engagé pour le policier gravement blessé à Rive-de-Gier

advert area

call to place your advert banner here +2348100526724 0r +2348112034599
Auto Draft

Le pronostic vital du policier blessé dans la nuit de jeudi à vendredi, à Rive-de-Gier (Loire) est toujours engagé. Il a reçu un projectile au visage alors qu’il intervenait pour un tapage nocturne avec deux collègues.

Une voiture de la police nationale, photo d’illustration. © Radio France – Jean-François Fernandez

Un policier a été gravement blessé dans la nuit de jeudi à vendredi à Rive-à-Gier, dans la Loire et son pronostic vital est toujours engagé ce vendredi après-midi. Le brigadier-chef est intervenu boulevard des Provinces, dans le quartier Grand-Pont, vers minuit, après l’appel de riverains gênés par le tapage nocturne. Un groupe d’une quinzaine d’hommes se trouve alors dans la rue. L’équipage de police leur demande de rentrer chez eux pour respecter le couvre-feu.

Le ton monte et des projectiles sont lancés contre les forces de l’ordre. C’est alors que le brigadier-chef de 50 ans est sérieusement touché au visage par un projectile ; il tombe au sol et perd connaissance.

Les faits se sont déroulés à Rive-de-Gier, boulevard des Provinces, dans le quartier Grand-Pont, vers minuit dans la nuit de jeudi à vendredi
Les faits se sont déroulés à Rive-de-Gier, boulevard des Provinces, dans le quartier Grand-Pont, vers minuit dans la nuit de jeudi à vendredi © Radio France – François Breton

Pronostic vital engagé

Le policier, d’abord conduit à l’hôpital de Saint-Chamond a ensuite été transporté en urgence au CHU de Saint-Étienne, après une dégradation de son état de santé. Il a été opéré d’un hématome sous-dural après avoir subi des examens neurologiques.

“Les atteintes qu’il a eues sont extrêmement graves”

“Son pronostic vital est toujours engagé” précise ce vendredi après-midi Cédric Esson, le directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) de la Loire : “Il n’est toujours pas réveillé, le coma est prolongé [car] visiblement les atteintes qu’il a eues sont extrêmement graves”. Cédric Esson ajoute que le policier a déjà été “blessé par balles en 2011 dans le Gier et sauvé uniquement par son gilet pare-balles”.

Le parquet de Saint-Étienne précise de son côté que l’état de santé du brigadier-chef a évolué : “Les retours en fin de matinée étaient plutôt satisfaisants mais c’est dans le processus post-opératoire que des inquiétudes très importantes se font désormais jour”, explique André Merle, le procureur adjoint. Le magistrat a ouverte une enquête pour “violences sur personnes dépositaires de l’autorité publique”. Personne n’a été interpellé pour le moment.

Les syndicats policiers veulent un durcissement de la réponse pénale

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.