AccueilMode Christophe : pourquoi le chanteur snobait malgré lui les invitations de Karl Lagerfeld

AccueilMode Christophe : pourquoi le chanteur snobait malgré lui les invitations de Karl Lagerfeld
0 0

Le chanteur Christophe, décédé en avril 2020, était fan de mode et notamment des créations de Karl Lagerfeld. Malheureusement, même si le grand couturier l’invitait à ses défilés, il était systématiquement aux abonnés absents.

Ce vendredi 5 juin 2020, Le Figaro dresse le portrait de l’auteur compositeur Christophe, qui a rendu son dernier souffle le 16 avril dernier après avoir contracté le covid-19, alors qu’il souffrait déjà d’un emphysème pulmonaire. Connu pour ses nombreux titres, Daniel Bevilacqua de son vrai nom avait, en plus de sa passion pour la musique, un véritable engouement pour la mode et notamment pour le travail de Karl Lagerfeld.

Le chanteur “appréciait les créations” du grand couturier allemand décédé en février 2019. Ce dernier prenait donc la peine d’envoyer à l’artiste des invitations pour assister à ses défilés. Malheureusement, la plupart du temps, Christophe était aux abonnés absents lors des présentations des nouvelles collections de la maison Chanel. “Cet oiseau de nuit ratait systématiquement” ces rendez-vous “en raison de leur heure matinale”, comme le précisent nos confrères. Le chanteur décédé à l’âge de 74 ans a toujours pris un soin particulier à entretenir son image et cela passait notamment par les tissus qu’il portait. Il a “souvent partagé son attrait pour le vêtement et la création, quand tant d’autres craignaient de ternir leur image de rockeur à parler chiffons”, comme l’explique Le Figaro. Lors de sa mort, son fidèle ami et parolier Jean-Michel Jarre lui a rendu hommage en déclarant qu’il était “plus qu’un chanteur”, à savoir “un couturier de la chanson”.

Un fan de mode depuis tout petit

Christophe faisait en effet référence dans ses chansons emblématiques à la mode. Dans le titre Le tourne-cœur, il parle de “cuir noir qui protège du désespoir”. Dans La Dolce vita, il salue “le revers d’un smoking blanc cassé”. Dans Succès fou, le chanteur s’attarde sur “les gants blancs”. Dans Paradis perdus, Christophe décrit une “veste de soie rose”. Dans J’lai pas touchée, il imagine une “rose pour sa boutonnière”. Dans Ne raccroche pas, c’est les “bottes rouges” qui sont représentées. Dans Fait chaud ce soir, il chante : “mal dans leur peau, mais bien dans leur peignoir”. Son goût pour la mode, Christophe le “cultivait déjà tout petit”. Un de ses rêves était notamment de devenir mannequin. Lorsqu’il était adolescent, il a poussé la porte des locaux de Pierre Cardin pour tenter de décrocher un petit boulot. Il était alors vêtu d’un jean Levi’s 501, de chaussettes blanches et de mocassins Weston. Plus jeune, il a baigné dans l’univers du vêtement puisque sa mère était couturière pour la maison Balmain et son père “faisait couper ses costumes chez les grands tailleurs parisiens, Camps de Luca et Smalto”.

Inscrivez-vous à la Newsletter de Closermag.fr pour recevoir gratuitement les dernières actualités

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.